Le Germoir https://le-germoir.com pour un mode de vie sain et simple Sat, 27 Aug 2016 06:46:20 +0000 fr-FR hourly 1 https://i2.wp.com/le-germoir.com/wp-content/uploads/2016/03/cropped-logo-vd.png?fit=32%2C32&ssl=1 Le Germoir https://le-germoir.com 32 32 110283837 Vers le minimalisme… dans ma salle de bain https://le-germoir.com/vers-minimalisme-salle-de-bain/ https://le-germoir.com/vers-minimalisme-salle-de-bain/#comments Thu, 25 Aug 2016 15:09:32 +0000 http://le-germoir.com/?p=381 Comme chaque mois Natasha du blog Echos verts nous lance un éco-défi : ce mois-ci il s’agit de trouver des alternatives bio, naturelles et vegan afin d’adopter une routine écologique et minimaliste dans la salle de bains. Je me suis dit que c’était l’occasion pour moi de faire le bilan de ma salle de bain, puisque […]

Cet article Vers le minimalisme… dans ma salle de bain est apparu en premier sur Le Germoir.

]]>
Comme chaque mois Natasha du blog Echos verts nous lance un éco-défi : ce mois-ci il s’agit de trouver des alternatives bio, naturelles et vegan afin d’adopter une routine écologique et minimaliste dans la salle de bains.

Je me suis dit que c’était l’occasion pour moi de faire le bilan de ma salle de bain, puisque j’y ai changé pas mal de choses ces dernières années et encore plus ces derniers mois, notamment suite à la découverte du mouvement slow cosmétique et à la lecture des livres de Julien Kaibeck.

Alors c’est parti, je vous ouvre les portes de mon armoire de toilette 😉

1/ Une brosse à cheveux.

Si c’était à refaire, je ne choisirai pas ce modèle qui est en plastique et fibres synthétiques mais cela fait des années que je possède cette brosse et elle me convient, donc je ne me vois pas m’en débarrasser pour la remplacer. A mon sens faire attention à son empreinte écologique c’est aussi limiter ses achats et donc user ses affaires jusqu’au bout.

2/ Une pince à épiler.

Indispensable pour les sourcils et pour les éventuelles échardes.

3/ Un épilateur électrique.

Cela fait également des années que je le possède et il fait bien son office pour toutes les zones à épiler. Je ne suis pas sûre que ce soit la meilleure alternative écologique étant donné qu’il y a quand même consommation énergétique (qui reste tout de même faible cela dit…) et que sa production ainsi que son recyclage impliquent forcément un certain coût environnemental.

Ceci dit si on ne souhaite pas se raser pour diverses raisons je pense que cela reste une bonne alternative étant donné qu’il s’agit quand même d’un appareil durable dans le temps et qui se suffit à lui-même (pas de déchet, contrairement à la cire par exemple).

L’épilation au fil est une bonne solution je trouve mais encore faut-il avoir la bonne technique. Pour ma part, j’ai testé une fois dans un institut et ça a été une catastrophe : certes j’étais épilée mais j’étais en sang ! Je pense que je suis mal tombée mais ça m’a bien refroidie et je n’ai pas osé retenter l’expérience depuis…

4/ Un coupe-ongles.

 

5/ Une brosse à dent « écologique » .

Elle est en plastique (ce qui n’est donc pas fantastique !), toutefois la tête est déclipsable et interchangeable ce qui évite de jeter toute la brosse à dent et de gaspiller le plastique. Comme pour une brosse à dents classique, la tête se change à peu près tous les 3 mois.

Elle est fabriquée en Allemagne (il s’agit de la marque Yaweco). Les poils sont en nylon, il existe une version en poils naturels (non vegan).

J’ai choisi cette brosse à dents tout simplement car c’est celle qui est proposée dans le magasin bio où je fais mes courses et je suis également assurée d’y trouver les recharges de têtes. C’était donc une solution de facilité et puis je trouvais ça mieux que de commander sur internet une brosse à dent en bambou fabriquée en Chine. Mais il existe très certainement d’autres alternatives sur lesquelles je ne me suis pas penchée.

6/ Un dentifrice à base d’argile.

Trouver un dentifrice a été un véritable parcours du combattant… qui n’est malheureusement pas terminé !

J’ai tout d’abord adopté pendant 8 mois le bicarbonate de soude, que je saupoudrai sur ma brosse avant de me laver les dents. J’étais très contente du résultat, mes dents étaient parfaitement nettoyées et je m’étais vite habituée au goût salé du bicarbonate. Seulement quand je suis allée chez le dentiste faire une visite de contrôle, celui-ci m’a appris que mes gencives étaient abîmées et toutes « piquetées » et m’a vivement conseillé d’arrêter immédiatement le bicarbonate de soude, bien trop abrasif et pas du tout adapté.

J’ai donc arrêté (à regret) et mes gencives sont redevenues saines. J’ai alors opté pour un dentifrice écologique en poudre mais la poudre était si fine et volatile que j’avais l’impression d’en inhaler à chaque lavage et ça ne me convenait pas du tout.

Je suis alors passée au dentifrice à l’argile de chez Cattier, qui était très bien en terme de brossage mais quelque chose dans la composition me donnait la nausée, il est donc devenu très vite pénible de me laver les dents ! j’ai tout de même usé le tube jusqu’au bout pour ne pas gaspiller.

Après ça, je suis repassée au dentifrice cracra chimique par dépit et parce que je n’en pouvais plus d’avoir des hauts le cœur à chaque brossage. Oui je sais ça n’est pas joli joli mais je n’ai jamais dit que j’étais parfaite 😉

Pour finir, j’ai retenté le dentifrice à l’argile mais de chez Weleda cette fois-ci et il me convient bien, je n’ai pas de problème de nausée avec. Seulement, le tube génère tout de même des déchets donc je projette de fabriquer mon dentifrice moi-même quand mon tube sera vide.

Whaa je n’aurais jamais pensé avoir autant de choses à dire sur du dentifrice 😀

7/ Une éponge konjac.

Je vous ai déjà parlé de cette  fameuse éponge konjac qui me sert à me laver le visage. En ce moment je teste la noire et je dois dire qu’elle est vraiment pas mal, j’avais peur qu’elle soit trop desséchante mais non pas du tout et elle est efficace contre les imperfections.

8/ Une eau florale.

J’utilise un hydrolat de rose pour ses propriétés (astringente, tonifiante, rafraichissante) et son odeur que j’aime beaucoup.  Je pulvérise un peu d’hydrolat directement sur mon visage après avoir nettoyée ma peau avec l’éponge konjac.

9/ Un gel d’aloe vera.

J’en applique une noisette combinée avec de l’huile végétale sur mon visage et cou, en guise de crème hydratante. Elle me sert aussi de gel coiffant pour les cheveux ainsi qu’en cas de petit bobo : irritation, eczéma, ecchymose,  piqures de moustique et bestiole en tout genre…

10/ Une huile végétale.

Pour hydrater, combinée avec de l’aloe vera (corps gras + solution aqueuse = hydratation). Je change suivant les saisons et l’état de ma peau, en ce moment j’utilise de l’huile de noyaux d’abricot. Elle est nourrissante, donne bonne mine, et est parfaite comme après-soleil ce qui est quand même bien pratique l’été (surtout quand on habite dans le Sud-Est comme moi !).

11/ Un parfum.

Je n’en porte pas tous les jours mais j’aime bien en mettre à l’occasion. Il n’est pas bio ni écolo ni éthique, c’est « Anaïs Anaïs » de chez Cacharel. L’odeur de ce parfum a une valeur sentimentale pour moi, c’est le tout premier que j’ai eu et qui à l’époque m’avait été offert par ma tante Florence.

J’ai toutefois bien conscience que c’est totalement superflu. A terme je pense ne pas renouveler mon flacon, en attendant je l’utilise avec parcimonie et surtout sur mes vêtements et non pas à même la peau étant donné qu’il s’agit quand même d’un produit toxique.

Si vous souhaitez en apprendre davantage sur la toxicité des parfums je vous invite à lire Parfum de scandale , une enquête de Greenpeace sur la composition des parfums et eaux de toilette.

12/ Une savonnette.

distributeur-savon-liquide-inox

Pour le lavage des mains (je l’ai oublié sur la photo mais j’utilise également du savon de Marseille liquide que j’achète par bidon d’1 litre pour recharger mon distributeur à savon en inox) ; et pour le lavage du corps.

Par souci d’économie je fabrique mes savons moi-même, pour la recette c’est par ici, pour l’instant j’ai adopté une recette très simple par facilité, mais je projette de me lancer dans la fabrication de savons saponifiés à froid, plus complexes à fabriquer mais moins asséchant pour la peau.

13/ Du rhassoul.

Je l’utilise en guise de shampooing. Je verse environ 2 cuillères à soupe (attention à ne pas utiliser une cuillère en métal, cela altère les propriétés de l’argile) de poudre dans un ramequin puis j’ajoute un peu d’eau de façon à obtenir une pâte. Je frotte mes cheveux mouillés avec (comme pour un shampooing classique sauf que ça ne mousse pas) et je laisse poser le temps de me laver le corps donc environ 5 minutes, puis je rince. Mes cheveux sont doux, parfaitement propres, et j’ai même pu espacer les shampooings car ils se salissent moins vite.

J’ai essayé avec de l’argile blanche mais ça rendait mes cheveux poisseux et bizarres au toucher. Quand j’aurais terminé mon sachet de rhassoul je compte tester la farine de pois chiche, locale et moins onéreuse.

14/ De l’huile de coco.

Pour le corps après la douche. Ma peau étant sèche, je l’hydrate avec un peu d’huile de coco. J’aime l’odeur et elle est agréable à appliquer. Je m’en sers aussi après les épilations combinée au gel d’aloe vera. Je réfléchis là encore à une solution davantage locale, j’ai testé l’huile d’olive mais l’odeur est assez dérangeante je trouve.

oriculi coton lavable

15/ Un oriculi.

oriculi-cure-oreilles-ecologique-en-bambou

Pour me nettoyer les oreilles. J’ai fait cet achat assez récemment (je ne connaissais pas avant) comme alternative au coton-tige jetable. Il s’agit d’un petit ustensile en bambou, très utilisé en Asie. Cela fonctionne comme un coton-tige sauf qu’il est solide et lavable donc réutilisable à vie. Il fonctionne très bien pour le nettoyage de l’entrée du conduit de l’oreille toutefois cela ne fonctionne pas pour le pavillon (la boule ne s’y prête pas) et on ne peut pas aller très loin. Pour l’instant je suis encore en phase d’appropriation mais je suis très contente de cet achat. Pas de déchet plastique, des économies de coton et d’argent à la clé !

16/ Des lingettes démaquillantes lavables en coton bio.

En alternative aux cotons démaquillants, puisqu’on peut les laver et donc les réutiliser indéfiniment ou presque (jusqu’à usure !). A la place du démaquillant j’utilise tout simplement l’huile d’olive de ma cuisine (les corps gras enlèvent très bien le maquillage). Je range les carrés propres dans une trousse en tissu et je stocke les carrés utilisés dans un filet que je mets directement à la machine après. Les miens viennent de chez Les Tendances d’Emma. Je les trouve doux et pratique à utiliser et cela m’a permis de régler le problème de l’utilisation du coton, désastre écologique connu et reconnu. En quelques mots, selon l’OMS la culture du coton représente 2,5% de la surface agricole mondiale mais consomme 25% des pesticides vendus dans le monde ; en outre l’irrigation artificielle du coton conventionnel utilise plus de 2/3 des ressources mondiales d’eau potable. Environ 5 263 litres d’eau sont nécessaires pour produire 1 kg de coton. Sans parler des milliers de morts par intoxication au contact de cette culture…

17/ du maquillage

Je possède également du maquillage et c’est là que le bât blesse !

mes basiques maquillage

Rien n’est bio et encore moins éthique 🙁 Je me maquille très rarement (quelques fois par an, il faut vraiment qu’il y ait une occasion spéciale) et le contenu de ma boîte à maquillage est resté le même depuis des années.

C’est à mon sens largement suffisant (bien qu’il reste assez basique et minimaliste par rapport à ce que j’ai pu voir chez certaines femmes de mon entourage) :

  • Une BB crème (pour le teint) et un pinceau pour l’appliquer
  • Un roll-on anti-cernes
  • Un blush
  • Deux ombres à paupières
  • Un crayon liner pour les yeux
  • Un tube de mascara
  • Un tube de rouge à lèvres

Je préfère terminer de l’user plutôt que de racheter du maquillage clean et me débarrasser de celui-ci, ce qui reviendrait uniquement à déplacer le problème. Donc voilà j’assume mes mauvais choix de l’époque et je pense que j’en ai encore pour quelques années…

Bilan :

J’ai finalement encore pas mal de choses dans ma salle de bain même si j’en ai bien moins qu’il y a quelques années.

A ce jour la quasi intégralité de mon armoire de toilette me parait indispensable excepté le parfum, le maquillage, et peut-être l’eau florale.

J’utilise également des ingrédients de ma cuisine en complément, par exemple pour me faire un gommage de temps à autre (recette de gommage du visage ici et de gommage corporel ici) et des shampooings secs avec de la fécule de maïs.

Je n’utilise pas de déodorant, je n’en ai d’ailleurs jamais utilisé et ça ne m’a jamais posé de problème (mais oui mes relations sociales se portent très bien, merci 😉 ). Bon après il faut dire que j’ai la particularité d’être quasi imberbe à ce niveau là et de très peu transpirer.

Ma routine me convient mais je pense pouvoir améliorer encore certaines choses, comme faire mon dentifrice maison, en finir avec le maquillage cracra et trouver des alternatives locales pour mon shampooing et huile pour le corps. J’aimerai aussi me lancer dans la fabrication d’un shampooing solide car trimballer sa poudre de rhassoul et faire sa petite mixture en  vacances ça n’est pas vraiment ce qu’il y a de plus pratique !

Et vous, quels sont les indispensables de votre salle de bain

et vos alternatives écologiques préférées ?

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Cet article Vers le minimalisme… dans ma salle de bain est apparu en premier sur Le Germoir.

]]>
https://le-germoir.com/vers-minimalisme-salle-de-bain/feed/ 16 381
Zebra cake vegan à la peau de banane https://le-germoir.com/zebra-cake-vegan-peau-de-banane/ https://le-germoir.com/zebra-cake-vegan-peau-de-banane/#comments Tue, 02 Aug 2016 07:22:47 +0000 http://le-germoir.com/?p=360 Quooiiii un gâteau à la peau de banane ?!  Non s’il vous plaît ne partez paaas !! Pas tout de suite en tout cas 😉 Bon tout d’abord je vous rassure (ou je vous déçois c’est selon 😉 ), vous n’empoisonnerez personne avec ce zebra cake car oui les peaux de banane ça se mange, et vous ferez sans […]

Cet article Zebra cake vegan à la peau de banane est apparu en premier sur Le Germoir.

]]>
Quooiiii un gâteau à la peau de banane ?!  Non s’il vous plaît ne partez paaas !! Pas tout de suite en tout cas 😉

minion quoi ???

Bon tout d’abord je vous rassure (ou je vous déçois c’est selon 😉 ), vous n’empoisonnerez personne avec ce zebra cake car oui les peaux de banane ça se mange, et vous ferez sans doute des heureux car oui c’est vraiment bon ! Cela donne tout simplement un bon goût de banane et vos invités n’y verront très probablement que du feu jusqu’à ce que vous révéliez votre botte secrète hé hé

Mais pourquoi utiliser les peaux de banane ?

Et pourquoi pas ? Selon Planetoscope, le 1er site mondial de statistiques en temps réel, plus de 41 200 kilos de nourriture sont jetés chaque seconde dans le monde. Cela représente un gaspillage alimentaire de 1,3 milliard de tonnes d’aliments par an, soit 1/3 de la production globale de denrées alimentaires dédiée à la consommation. Parallèlement 795 millions de personnes dans le monde souffrent de faim et de malnutrition… on ne se marcherait pas un peu beaucoup sur la tête, là ?!

Il est grand temps d’arrêter le gaspillage et de valoriser au maximum toutes les ressources dont nous disposons.

Merci Alfred nous livre un excellent reportage sur l’alimentation, très complet et que je vous invite vraiment à lire d’ailleurs. En voici un extrait : « Aujourd’hui, la nourriture est devenue tellement facilement accessible qu’on a perdu de vue l’origine de ce qu’on mange. Exemple : vous vous êtes déjà demandé combien de temps il faudrait pour faire un burger vous-même de A à Z ? Il n’y a pas très longtemps, ce type a essayé. Il a fait pousser son blé, ses légumes et il a même élevé un poulet. Au final, ça lui a pris 6 mois et coûté 1 500 dollars. »

Le constat est simple : nous avons perdu l’origine et la vraie valeur des choses. Si on en revient à la source et qu’on ouvre les yeux sur la nourriture et qu’on comprend à quel point c’est précieux et bien on finit par trouver indispensable de consommer tout ce qui est consommable et d’éviter le gâchis. Sans parler des ressources utilisées pour produire nos aliments et des déchets que cela génère…

Alors oui consommer les peaux de bananes et les pieds de brocolis (pour tout savoir de mes expériences culinaires avec ce légume c’est par ici) c’est un tout petit acte militant mais cela en est un quand même. Et ne croyez pas que ça ne changera pas la face du monde. C’est la somme des petits gestes que nous faisons qui compte. Et en plus c’est bon 😉

margaret mead citation

Comment préparer les peaux de banane afin de les cuisiner ?

Tout d’abord pour consommer les peaux de banane il est primordial de les choisir bio. Vous éviterez ainsi un cocktail de pesticides composé notamment de propiconazole et de difénoconazole, très utilisés pour la culture des bananes… des neurotoxiques suspectés d’être à l’origine de certains cancers. Sympa, hein ?

Ensuite, il est important de retirer les extrémités de la peau de banane. En effet ceux-ci ne se consomment pas.

Pour finir, mieux vaut les couper en petits morceaux et les mixer finement avec un peu de lait végétal (pour ma part j’utilise du lait d’avoine mais n’importe quel lait peut faire l’affaire) afin d’obtenir une sorte de compote lisse qu’il est ensuite facile d’ajouter à vos préparations.

consommer peau de banane gâteau

Dans la recette qui suit vous aurez besoin de 3 peaux de bananes. Si vous êtes seul(e) chez vous et que vous n’êtes pas adepte du régime banane matin-midi et soir, pas de panique, vous pouvez très bien congeler les peaux au fur et à mesure et vous en servir quand vous en aurez suffisamment 🙂

Mais revenons-en à nos moutons, LA recette de ce sympathique zebra cake ! Je me suis basée sur la recette du gâteau marbré que j’ai allégé et végétalisé (bon à savoir : les peaux de bananes remplacent les œufs en servant de liant à la préparation).

Pour réaliser un zebra cake à la peau de banane, il vous faut :

  • 3 peaux de bananes
  • 30 cl de lait d’avoine
  • 150 g de farine demi-complète
  • 75 g de sucre
  • 30 g d’huile d’olive douce (ou huile de tournesol à défaut)
  • 100 g de chocolat noir
  • 1/2 sachet de levure

Commencez par rincer vos peaux de bananes et les couper en morceaux. Mixez les finement avec 20 cl de lait végétal. Vous obtenez une purée lisse pas très appétissante il faut bien l’avouer ben quoi ? c’est frais ça a été vomi ce matin ! mais qui sent bon la banane ouf on est sauvé.

Mettez le chocolat coupé en carré avec 10 cl de lait d’avoine à fondre dans une casserole (à feu très doux ou au bain marie).

Pendant ce temps ajoutez la farine, la levure, le sucre et l’huile à votre purée de peaux de bananes et mélangez afin d’obtenir une pâte homogène.

Mettez la moitié de votre pâte à gâteau dans un autre récipient.

Ajoutez le chocolat fondu à une des deux pâtes et mélangez.

zebra cake peau de banane vegan

Huilez un moule à gâteau et préchauffez votre four à 180 ° C.

Pour obtenir l’effet zébré il est nécessaire de monter votre gâteau selon un certain ordre. Bien au centre de votre moule déposez 2 cuillères à soupe de pâte nature. Elle va naturellement s’étaler un peu. Déposez alors au centre et par-dessus votre pâte nature 2 cuillères à soupe de pâte au chocolat, et ainsi de suite jusqu’à temps qu’il n’y en ait plus.

zebra cake montage

Prenez ensuite un pique en inox (ou en bois) et tracer des lignes qui partent du centre jusqu’au bord (un peu comme si vous coupiez le gâteau). L’effet produit est uniquement visuel donc vous pouvez passer cette étape mais personnellement je trouve ça joli.

Enfournez pour 25 à 30 min (plantez une lame de couteau au centre du gâteau pour vérifier la cuisson, si elle ressort sèche c’est que c’est cuit) puis démoulez.

Régalez-vous et épatez vos convives !

Et vous, réutilisez-vous les peaux de bananes ? Si oui, quel usage en faites-vous ?

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Cet article Zebra cake vegan à la peau de banane est apparu en premier sur Le Germoir.

]]>
https://le-germoir.com/zebra-cake-vegan-peau-de-banane/feed/ 19 360
Comment cuisiner les pieds de brocoli ? https://le-germoir.com/cuisiner-pieds-de-brocoli/ https://le-germoir.com/cuisiner-pieds-de-brocoli/#comments Mon, 25 Jul 2016 11:53:48 +0000 http://le-germoir.com/?p=348 De retour d’une escapade en Bretagne, un bon bol d’air iodé et le son des bagads m’ont revigoré et je suis repartie avec plein de nouvelles inspirations en cuisine ! J’étais ravie de voir que l’agriculture bio à une belle place sur les étals des marchés bretons… le blé noir, les pommes, les algues, les artichauts, […]

Cet article Comment cuisiner les pieds de brocoli ? est apparu en premier sur Le Germoir.

]]>
De retour d’une escapade en Bretagne, un bon bol d’air iodé et le son des bagads m’ont revigoré et je suis repartie avec plein de nouvelles inspirations en cuisine !

J’étais ravie de voir que l’agriculture bio à une belle place sur les étals des marchés bretons… le blé noir, les pommes, les algues, les artichauts, les brocolis… de beaux ingrédients simples et goûteux qu’on peut décliner de 100 façons.

Et cela m’a justement inspiré pour accommoder les pieds de brocoli !

Bon d’accord… j’admets que de prime abord un pied de brocoli c’est tout dur et pas très joli, les fleurettes sont bien plus appétissantes et chez moi le pied finissait au fond de la poubelle jusqu’à il n’y a pas si longtemps… je ne savais même pas que ça se mangeait à vrai dire o_O Grave erreur… car non seulement c’est tout à fait comestible mais en plus c’est très bon !

Chercher à réduire son empreinte écologique et en l’occurrence ses déchets poussent parfois à faire des expériences intéressantes, des découvertes culinaires… et de belles économies aussi au passage !

Sachez que tout ce qui suit est également valable pour les pieds de chou-fleur 😉

Comment préparer les pieds de brocoli ?

Il faut d’abord bien les choisir, si les brocolis sont trop vieux non seulement ils ne contiendront presque plus de vitamines et minéraux mais en plus ils risquent d’être amers et le pied filandreux. Veillez donc à choisir des brocolis bien frais, c’est à dire :

  • fermes
  • bouquets serrés
  • bien verts (si les fleurettes sont jaunes passez votre chemin)
  • le pied ne doit pas être sec ni creux (retournez le brocoli et regardez s’il y a un trou dans la tige)

 

The brocoli parfait
THE top model des brocolis : la Kate Moss de la fleurette, la Claudia Chou-fleur des assiettes !

 

La préparation est simple, rincez le brocoli et coupez les fleurettes comme à votre habitude puis épluchez la tige en retirant la peau dure.

éplucher un pied de brocoli

Il suffit d’inciser sur un bord puis de tirer, la peau se détache facilement sauf à la jonction avec les tiges des fleurettes où il faut un peu insister. Si jamais il reste un peu de peau ce n’est pas très gênant, dans l’absolu elle se mange mais cela reste la partie la plus dure et donc moins digeste et pas très agréable à déguster.

comment cuisiner pied de brocoli

Coupez le pied épluché en morceaux.

Comment cuisiner les pieds de brocoli ?

Plusieurs possibilités s’offrent à vous, cela se cuisine assez facilement ! Vous trouverez ici quelques propositions simples mais néanmoins goûteuses, puis à vous de faire parler votre créativité !

1/ Nature

Tout simplement les faire cuire avec les bouquets à la vapeur. Dans ce cas, mettez-les en cuisson 10 min avant vos fleurettes ou coupez-les en très petits morceaux pour tout cuire en même temps.

Vous pouvez ensuite les servir nature en accompagnement d’un plat ou froid en vinaigrette, ou bien les mettre dans une quiche ou un gratin (avec des crozets au sarrasin cela se marie très bien par exemple).

2/ En soupe froide

Ingrédients :

  • 3 pieds de brocolis
  • 1 gousse d’ail
  • 1 bouquet de basilic frais
  • Concentré de tomates
  • Huile d’olive
  • Sel

Couvrez d’eau les pieds de brocolis épluchés et détaillés en morceaux, ajoutez une gousse d’ail pelée et une pincée de sel. Faites cuire 30 min à feu moyen jusqu’à ce que les pieds de brocolis soient bien tendres. Laissez refroidir.

Quand la préparation est froide ajoutez une cuillère à soupe de concentré de tomates, une cuillère à soupe d’huile d’olive et un bouquet de basilic frais ciselé. Assaisonnez à votre goût.

Mixez et servez frais !

3/ En purée

Ingrédients :

  • 3 grosses pommes de terre
  • 2 pieds de brocolis
  • 1 oignon
  • Laurier, thym
  • 1 gousse d’ail

Épluchez les pommes de terre. Mettez-les dans une casserole et couvrez d’eau. Ajoutez les pieds de brocolis détaillés en morceaux, l’oignon émincé, une feuille de laurier et une pincée de thym et la gousse d’ail. Portez à ébullition et laissez cuire 30 min. Mixez le tout (ou passez au presse-purée) après avoir retiré la feuille de laurier et l’excédent de bouillon afin d’obtenir une purée.

Petit plus : gardez le bouillon pour y faire cuire du riz ou des pâtes.

4/ En flan

Ingrédients pour 6 flans individuels (ou un gros) :

  • 400 gr de tofu soyeux
  • 50 gr de farine de pois chiche
  • 1 oignon
  • 2 pieds de brocolis
  • 1 c. à soupe d’huile d’olive
  • Sel, poivre

Faites cuire à la vapeur vos pieds de brocolis épluchés et coupés en morceaux.

Préchauffez votre four à 200° C.

Emincez l’oignon et faites le revenir à la poêle jusqu’à ce qu’il soit fondant. Ajoutez les morceaux de pied de brocoli dans la poêle et prolongez la cuisson de 2 min.

Pendant ce temps, dans un saladier battez le tofu soyeux afin d’obtenir une texture crémeuse. Ajoutez la farine de pois chiche et mélangez. Salez, poivrez. Ajoutez les légumes.

Disposez la préparation dans des moules à muffins huilés (ou dans un moule à gâteau si vous n’avez pas de petits moules individuels, dans ce cas augmentez un peu le temps de cuisson). Enfournez 25 min.

Je vous conseille d’attendre que la préparation soit tiède voire froide pour démouler, cela sera plus facile.

Ces petits flans se mangent chauds ou tièdes avec une salade verte.

Et vous, mangez-vous les pieds de brocoli et chou-fleur ?

Comment aimez-vous les accommoder ?

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Cet article Comment cuisiner les pieds de brocoli ? est apparu en premier sur Le Germoir.

]]>
https://le-germoir.com/cuisiner-pieds-de-brocoli/feed/ 20 348
Gommage au sel d’Epsom https://le-germoir.com/gommage-sel-depsom/ https://le-germoir.com/gommage-sel-depsom/#comments Fri, 01 Jul 2016 15:47:14 +0000 http://le-germoir.com/?p=330 Un gommage relaxant au sel d’Epsom, ça vous dit ? L’été arrive et c’est pas trop tôt j’ai envie de dire ! et avec le changement de saison et les premiers bains de soleil, nos peaux ne sont pas toujours au top… c’est donc le moment parfait pour en prendre soin (bon normalement c’est toute l’année mais […]

Cet article Gommage au sel d’Epsom est apparu en premier sur Le Germoir.

]]>
Un gommage relaxant au sel d’Epsom, ça vous dit ? L’été arrive et c’est pas trop tôt j’ai envie de dire ! et avec le changement de saison et les premiers bains de soleil, nos peaux ne sont pas toujours au top… c’est donc le moment parfait pour en prendre soin (bon normalement c’est toute l’année mais pour ma part je ne suis pas ultra addict aux soins beauté et j’en fais uniquement quand j’en ressens le besoin ou l’envie).

Je me suis sentie pas mal crispée et fatiguée ces derniers temps (et oui la vie est ainsi faite, on a tous des périodes comme ça, je suis certaine que vous voyez de quoi je parle) et donc j’avais bien besoin d’un petit chouchoutage maison.

prendre soin de soi

J’avais un pot de sel d’Epsom qui trainait dans un placard depuis un bon moment et là ça a fait tilt !  Je me suis donc concocté un gommage sympa pour le corps. Comme j’aime partager mes trouvailles et que j’ai envie de faire plaisir, j’en ai préparé aussi un pot pour mon amie Caroline et un pour sa maman Christine (vous me donnerez votre avis !).

Pour ma part, je le trouve agréable à utiliser, fondant et relaxant et comme tous les gommages il laisse la peau douce.

Vous voulez la recette ? Tout vient à point à qui sait attendre ou pas… les impatient(e)s peuvent scroller la page 😉 … donc pour commencer un petit point sur le sel d’Epsom (comme vous l’avez peut-être déjà remarqué ici j’aime bien connaître l’origine des choses et savoir pourquoi on les utilise)…

D’où vient le sel d’Epsom ?

Source Epsom UK
La ville d’Epsom se situe au sud-ouest de Londres, dans le comté du Surrey

Tout simplement de la ville d’Epsom au Royaume-Uni, qui possède une source gorgée naturellement de ce sel (qui n’est en fait rien d’autre que du sulfate de magnésium) dont les multiples propriétés sont internationalement reconnues. De nos jours, la formule du sel d’Epsom est reproduite en laboratoire, on en trouve donc de différentes qualités et prix (veillez à choisir une bonne qualité lors de votre achat, d’autant plus si vous voulez en faire un usage interne). J’ai acheté le mien en pot de 1 kg en magasin bio, de qualité alimentaire et au prix de 8 €.

Quelles sont les propriétés et bienfaits du sel d’Epsom ?

sel d'Epsom

  • Purifiant (il soulage les maladies de peaux et nettoie la peau en profondeur)
  • Relaxant (il détend les muscles et les articulations)
  • Apporte du magnésium à la peau (effet calmant)
  • Facilite l’élimination des toxines
  • Facilite la circulation sanguine
  • Efficace contre la rétention d’eau
  • Texture douce et agréable

Comment utiliser le sel d’Epsom ?

Le sel d’Epsom peut s’utiliser de 4 façons : en usage interne (alimentaire), pour le jardinage, en bain, et comme exfoliant.

En usage alimentaire il a un effet detox et laxatif (consultez un médecin et/ou un naturopathe avant toute utilisation pour connaître les dosages et recommandations par rapport à votre cas personnel).

Le sel d’Epsom est également apprécié des jardiniers car mélangé à l’eau d’arrosage il favorise la bonne pousse des plantes. C’est un engrais naturel.

En bain il permet de bien se détendre, soulage les articulations douloureuses et purifie la peau. Personnellement je ne prends jamais de bain donc je n’ai pas testé mais j’en ai entendu beaucoup de bien. Si vous essayez je vous invite par souci écologique à recycler l’eau de votre bain au sel d’Epsom en arrosant vos plantes.

En gommage il exfolie la peau, la nettoie en profondeur, stimule la circulation sanguine, apaise (grâce au magnésium qu’il contient) et aide au relâchement musculaire. Je vous conseille donc de faire votre gommage plutôt le soir avant de vous coucher, cela favorisera votre endormissement.

Comment faire un gommage relaxant et vivifiant au sel d’Epsom ?

gommage corps sel d'Epsom

C’est très simple, pour cela il vous faut (pour un pot de taille moyenne) :

  • 7 cuillères à soupe de sel d’Epsom
  • 2 cuillères à soupe d’argile blanche (n’utilisez pas de cuillère en métal car cela altère les propriétés de l’argile, servez-vous d’une cuillère en bois ou à défaut en plastique)
  • 3 cuillères à soupe d’huile d’avocat
  • 20 gouttes d’huile essentielle de pin sylvestre

1/ Mélangez le sel d’Epsom et l’argile blanche dans un pot bien propre (je le plonge dans l’eau bouillante pour éliminer tout germe puis je le sèche soigneusement).

2/ A part mélangez l’huile d’avocat avec l’huile essentielle de pin sylvestre.

J’ai choisi l’huile d’avocat parce que j’en avais dans ma cuisine et pour ses propriétés (assouplissante, protectrice, fortifiante et régénérante) mais vous pouvez parfaitement lui substituer une autre huile végétale (huile d’olive, amande douce, noix, etc).

De même pour l’huile essentielle de pin sylvestre que j’ai choisie pour son côté vivifiant et stimulant (donc parfait quand on déprime un peu ou qu’on est fatigué), mais vous pouvez tout à fait la remplacer par une autre huile essentielle suivant l’effet que vous recherchez. Si vous êtes enceinte/allaitante n’utilisez jamais d’huile essentielle sans un avis médical au préalable.

3/ Ajoutez les huiles au mélange sel/argile et mélangez bien de façon à obtenir une préparation homogène.

4/ Fermez votre pot bien hermétiquement.

5/ Profitez de votre gommage exfoliant !

Et si vous voulez faire la totale en vous occupant également de votre visage avec un gommage gourmand c’est par ici 🙂

Si vous avez un budget très serré vous pouvez tout simplement remplacer le sel d’Epsom par du gros sel (les propriétés ne seront bien entendues pas les mêmes mais vous obtiendrez tout de même un bon exfoliant et de quoi prendre soin de vous à moindre coût).

Ce gommage corporel se conserve un mois (à l’abri de l’humidité).

Et vous, qu’aimez-vous faire pour prendre soin naturellement de votre corps ?

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Cet article Gommage au sel d’Epsom est apparu en premier sur Le Germoir.

]]>
https://le-germoir.com/gommage-sel-depsom/feed/ 2 330
Pourquoi ne pas faire les soldes et comment renouveler sa garde robe sans se ruiner https://le-germoir.com/ne-pas-faire-soldes-renouveler-garde-robe/ https://le-germoir.com/ne-pas-faire-soldes-renouveler-garde-robe/#comments Fri, 17 Jun 2016 08:47:57 +0000 http://le-germoir.com/?p=309 Mercredi prochain c’est le coup d’envoi des soldes (le 22 juin précisément… jour de la trentième bougie de ma coupine Céline, bon je sais ça vous fait une belle jambe mais j’avais envie de le souligner au passage : joyeux anniversaire ma p’tite Céline !). Les soldes : merveilleux, c’est l’occasion de faire des affaires ! me direz-vous peut-être… Je […]

Cet article Pourquoi ne pas faire les soldes et comment renouveler sa garde robe sans se ruiner est apparu en premier sur Le Germoir.

]]>
Mercredi prochain c’est le coup d’envoi des soldes (le 22 juin précisément… jour de la trentième bougie de ma coupine Céline, bon je sais ça vous fait une belle jambe mais j’avais envie de le souligner au passage : joyeux anniversaire ma p’tite Céline !).

Les soldes : merveilleux, c’est l’occasion de faire des affaires ! me direz-vous peut-être… Je n’ai jamais été une serial shoppeuse, loin de là, mais j’aurais pu tenir ces propos dans des temps pas encore si éloignés que cela. Cependant pour mon plus grand bien j’ai appris à sortir du moule… et c’est avec conviction que je dis NON aux soldes !

rentrer dans le moule ressembler à une tarte

 

4 bonnes raisons de ne pas céder au consumérisme

et aux sirènes de la mode

 

1/ Les remises alléchantes et les petits prix poussent à acheter en quantité

Oh je n’ai pas besoin d’un petit haut supplémentaire mais allez il n’est vraiment pas cher « à ce prix là ce serait bête de s’en priver ! » combien de fois ai-je entendu cette phrase dans des magasins… et bien non sachez que ça n’est pas du tout bête de s’en priver ce serait même plutôt un signe de bon sens ! Premièrement vous ne vous en privez pas puisque vous n’en aviez pas réellement besoin et deuxièmement l’acheter c’est gaspiller (vous n’en aviez pas l’utilité donc il encombrera votre penderie inutilement, vous le porterez rarement voire jamais et vous finirez sans doute par vous en débarrassez…). Qui plus est, vous qui étiez venu(e) pour acheter seulement 2 ou 3 pièces, vous vous retrouvez avec les bras chargés de paquets… avez-vous réellement économisé ?

2/ Les soldes favorisent les achats rapides et compulsifs

soldes -50%

Acheter pendant les soldes est le meilleur moyen de faire des erreurs et d’acquérir sur un coup de tête des pièces qui ne vous correspondent pas réellement (vêtements trop petits… achetés en prévision d’un régime, ou trop grands… achetés en pensant le repriser, couleur qui ne vous va pas, etc.) ! A contrario, si vous prenez votre temps pour dénicher la perle rare, celle qui vous va parfaitement et dont vous avez besoin vous verrez que vous prendrez beaucoup plus de plaisir à cet achat et que vous ne le regretterez pas dans le temps. Mieux vaut investir de manière réfléchie que d’acheter tous azimuts.

3/ Les bonnes affaires ne sont souvent pas aussi bonnes que cela paraît

Sans parler des arnaques (fausses remises, prix de références trompeurs et tutti quanti), la perle rare est compliquée à trouver pendant les soldes : il n’y a souvent plus la taille que vous cherchez, le coloris que vous vouliez, la coupe qui va bien à votre morphologie… bref difficile de trouver donc vous risquez d’être déçu(e) et pour compenser et ne pas avoir pris 1 journée de RTT pour rien vous vous rabattez soit sur un article qui ne vous va pas vraiment (et donc qui ne vous apportera pas satisfaction et dont vous finirez par vous débarrasser à plus ou moins long terme) soit sur un article de la nouvelle collection (donc au prix fort). Résultat des courses, au lieu de faire des économies vous faites des dépenses inutiles ! Dites-vous bien que vous n’êtes pas gagnant(e), les vrais gagnants sont les firmes multinationales !

4/ On peut faire de très bonnes affaires toute l’année sur le marché de l’occasion

Tout au long de l’année on peut faire de meilleures affaires que pendant les soldes dans les friperies, bourses aux vêtements, dépôt-vente… Cela permet non seulement d’acheter à moindre coût uniquement quand vous en avez besoin mais aussi de réutiliser des vêtements existants et donc d’éviter d’en produire de nouveaux.

Quel est l’intérêt de ne pas encourager la production de nouveaux vêtements ? Réduire la pollution et le gaspillage des ressources de la planète nécessaire pour produire des vêtements neufs, éviter les kilomètres parcourus (la fabrication d’une chemise neuve par exemple peut avoir fait 3 fois le tour de la planète avant d’arriver chez vous : entre les boutons qui viennent d’Amérique du sud, le coton d’Afrique, le tissage en Inde, la teinture en Thaïlande, la couture en Chine, le conditionnement en Turquie et l’expédition dans nos magasins en Europe…). De plus cela permet d’arrêter d’encourager les conditions de travail souvent pitoyables des personnes (y compris des enfants… c’est quand même moche de fermer les yeux là dessus) qui fabriquent nos vêtements à l’autre bout du monde.

5 conseils pour renouveler sa garde-robe

sans se ruiner

Si vous prévoyez tout de même de faire les soldes (ou avant tout achat), voici 5 conseils pour consommer de manière responsable :

1/ Posez-vous les bonnes questions 

En ai-je vraiment besoin ? est-ce une pièce que je pourrais reporter l’année prochaine ? cela me plait-il vraiment / m’apporte-t-il de la joie ? la qualité est-elle correcte ?  Cela paraît tout bête mais se poser ces questions avant chaque acquisition évite les achats inutiles et impulsifs.

 2/ Appliquez la règle du 1 qui rentre 1 qui sort 

Afin de ne pas encombrer votre dressing, partez du principe que si vous achetez quelque chose, donnez ou vendez autre chose en échange. Cela évite d’accumuler et de se retrouver avec des vêtements qu’on ne porte plus ou des objets qu’on n’utilise pas.

 3/ Favorisez le marché de l’occasion

Avant d’acheter un objet neuf, demandez-vous toujours si vous ne pouvez pas trouver l’équivalent d’occasion. Cela est plus économique et plus écologique.

4/ Participez à des vide-dressing

Organisez un vide-dressing entre ami(e)s/collègues/voisins, est l’occasion de troquer les vêtements que vous ne portez plus contre d’autres à qui vous donnerez une seconde vie, mais aussi de créer du lien social (entre nous c’est beaucoup plus sympa et gratifiant que de faire les magasins !).

vêtement occasion vide dressing
Et voilà un sac de vêtements qui ne me conviennent plus en prévision d’un vide-dressing ! Les pièces qui ne trouveront pas preneur seront données à Emmaüs.

5/ Upcyclez vos vêtements

Si vous aimez coudre ou que vous aimez le challenge vous pouvez aussi redonner une deuxième jeunesse à vos vêtements en les customisant ou en les transformant. Cela n’est pas aussi compliqué que ce qu’on peut penser ! Il existe plein de blogs et vidéos youtube sur le sujet, pour ma part j’aime beaucoup et je vous recommande les excellents upcycling de Laurie du blog un trésor dans mon placard.

Et vous quel(le) acheteur(se) êtes-vous ? Quelles sont vos habitudes d’achat ?

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Cet article Pourquoi ne pas faire les soldes et comment renouveler sa garde robe sans se ruiner est apparu en premier sur Le Germoir.

]]>
https://le-germoir.com/ne-pas-faire-soldes-renouveler-garde-robe/feed/ 6 309
Biscuits de petit déjeuner vegan https://le-germoir.com/biscuits-de-petit-dejeuner-vegan/ https://le-germoir.com/biscuits-de-petit-dejeuner-vegan/#comments Fri, 03 Jun 2016 20:21:56 +0000 http://le-germoir.com/?p=296 Quand on est en juin mais que le temps est gris, qu’on est sous la pluie pluie pluie… qui n’en finit pas… que le soleil boude et que le moral commence à glisser sournoisement jusqu’au au fond de nos chaussettes… et bien on n’a tout simplement pas très envie de se lever. Dans ce cas […]

Cet article Biscuits de petit déjeuner vegan est apparu en premier sur Le Germoir.

]]>
Quand on est en juin mais que le temps est gris, qu’on est sous la pluie pluie pluie… qui n’en finit pas… que le soleil boude et que le moral commence à glisser sournoisement jusqu’au au fond de nos chaussettes… et bien on n’a tout simplement pas très envie de se lever. Dans ce cas plus qu’une solution, aux grands maux les grands remèdes… il nous faut une super recette qui déchire tout pour le petit déjeuner ! Et oui… on fait comme on peut pour se motiver à se lever le matin hé hé

nuage noir juin sous la pluie
“La vie ce n’est pas d’attendre que l’orage passe, c’est d’apprendre à danser sous la pluie.” Sénèque

Commencer sa journée avec de délicieux biscuits pour le petit déjeuner c’est plutôt réconfortant, non ?

Je ne sais pas pour vous mais pour ma part j’ai toujours eu des problèmes avec ce repas qu’on qualifie pourtant de « plus important de la journée ». Pendant longtemps j’étais incapable d’avaler quelque chose le matin, je me sentais nauséeuse et cela ne passait pas. Maintenant je petit déjeune mais je préfère favoriser mon temps de sommeil et donc la plupart du temps le matin je suis pressée et je ne prends pas le temps de m’assoir pour manger (j’en entends déjà certains hurler !) même si j’y travaille. Bref, tout ça pour dire que les biscuits sont pour moi une bonne solution pour ce repas dans le sens où ils sont pratiques et faciles à manger et que je peux les emporter pour un peu plus tard dans la matinée au cas où je n’ai pas eu le temps ou si je n’avais pas faim en me levant.

Les biscuits de petit déjeuner du commerce étant souvent sur-emballés, chers, et rarement sains (faible pourcentage de céréales, beaucoup de sucre, sans parler de l’huile de palme…) j’ai eu envie de les faire moi-même pour pouvoir en manger la conscience tranquille 😉

La recette qui suit fait donc la part belle aux céréales at aux fruits, elle est vegan et peu sucrée (si vous êtes un bec sucré je vous conseille d’augmenter la part de sucre sans quoi vous serez sans doute déçu). Ce qui est sympa c’est que vous pouvez adapter cette recette à votre goût et varier les plaisirs en ajoutant les fruits secs/ingrédients que vous affectionnez tout particulièrement.

Pour 18 grands biscuits (ou 36 petits) il vous faut :

  • 350 g de farine demi-complète
  • 150 g de compote de pommes sans sucre ajouté
  • 50 g de sucre
  • 50 g d’huile d’olive douce
  • 50 g de purée de noisettes
  • 150 g de flocons de céréales (j’utilise un mélange 5 céréales mais des flocons d’avoine ou autre conviennent parfaitement)
  • 150 g de fruits secs selon vos goûts (brisures de noix, raisins secs, sésame, pépites de chocolat, etc.)

Préchauffez votre four à 200° C.

Mélangez la farine avec le sucre, la compote, l’huile d’olive et la purée de noisettes dans un saladier. Ajoutez les flocons de céréales et mélangez à nouveau à la main de façon à former une boule de pâte.

cuits petit déjeuner vegan
boule de pâte à biscuit petit déjeuner vegan  copeaux de chocolat, graines de lin brun

Si vous désirez réaliser une seule sorte de biscuits ajoutez les fruits secs et mélangez. Si vous souhaitez personnaliser vos biscuits et en réaliser différentes sortes, divisez la boule de pâte en plusieurs puis ajouter les fruits secs à votre gré.

Huilez légèrement une plaque allant au four et façonner vos biscuits puis disposez les sur la plaque.

Enfournez pour 10 à 15 minutes, en fonction de l’épaisseur des biscuits et du résultat recherché : si vous les aimez croustillants laissez-les un peu plus longtemps, si vous les aimez bien moelleux ne les laissez pas trop traîner !

biscuits petit déjeuner vegan
croustillants à l’extérieur, moelleux à l’intérieur !

Laissez-les refroidir (ils durcissent un peu en refroidissant c’est normal).

Ces biscuits se conservent facilement une semaine dans une boîte en fer. Vous pouvez également les congeler.

Et vous qu’aimez vous manger au petit déjeuner ?

 

Cet article Biscuits de petit déjeuner vegan est apparu en premier sur Le Germoir.

]]>
https://le-germoir.com/biscuits-de-petit-dejeuner-vegan/feed/ 9 296
Fabriquer une bougie écologique éternelle https://le-germoir.com/fabriquer-bougie-ecologique-eternelle/ https://le-germoir.com/fabriquer-bougie-ecologique-eternelle/#comments Thu, 19 May 2016 17:00:07 +0000 http://le-germoir.com/?p=272 Je suis heureuse d’inaugurer aujourd’hui la rubrique « créer » du blog avec un petit DIY qui me tient à cœur : une bougie super simple à fabriquer, économique et écologique ! 💖 J’ai toujours apprécié les bougies pour leur symbolique bien sûr (n’est-ce-pas seulement dans les ténèbres qu’une bougie peut faire l’expérience de sa propre lumière ?) mais plus […]

Cet article Fabriquer une bougie écologique éternelle est apparu en premier sur Le Germoir.

]]>
Je suis heureuse d’inaugurer aujourd’hui la rubrique « créer » du blog avec un petit DIY qui me tient à cœur : une bougie super simple à fabriquer, économique et écologique ! 💖

J’ai toujours apprécié les bougies pour leur symbolique bien sûr (n’est-ce-pas seulement dans les ténèbres qu’une bougie peut faire l’expérience de sa propre lumière ?) mais plus simplement pour la chaleur et l’ambiance qu’elles dégagent, que ce soit à noël en famille, un soir d’été sur une terrasse avec des amis ou lors d’une soirée en amoureux… tous ces petits moments sont précieux et font le sel de la vie.

savourez les petites choses de la vie
Appréciez les petites choses de la vie car un jour vous regarderez en arrière et vous réaliserez qu’elles étaient en réalité les grandes choses.

Pour accompagner ces petits moments de vie, de joie et de peine, d’espoir et de réconfort, ou tout bêtement pour vous sauver lors d’une bonne vieille panne de courant 😉 je vous propose d’apprendre à fabriquer une bougie éternelle 😀 Comment une bougie peut-elle être éternelle, me direz-vous ? Et bien parce qu’elle est rechargeable et donc réutilisable à l’infini !

Et ça c’est plutôt super chouette car avec cette bougie éternelle :

  • plus besoin de courir les magasins pour racheter d’autres bougies
  • fini la cire qui dégouline sur les meubles
  • votre bougie reste toujours impeccable : elle ne fond pas
  • vous pouvez la réaliser entièrement avec des matériaux de récupération elle est donc économique et écologique

Pour fabriquer votre bougie éternelle, il vous faut :

bougie éternelle matériel

  • un petit pot en verre avec son couvercle (j’ai récupéré une conserve en verre de maïs)
  • de l’huile (usagée de friture, ou n’importe quelle huile)
  • une bande de tissu (j’ai découpé la mienne dans un vieux pantalon de pyjama troué)
  • un couteau de cuisine

1/ Découpez dans un vieux tissu propre une bande d’environ 15 cm de long (plus ou moins selon la hauteur de votre pot) sur 1,5 cm de large.

2/ Percez le centre de votre couvercle à l’aide d’un couteau de cuisine (attention à ne pas vous blesser !) de façon à obtenir une petite fente. Le plus simple est de poser le couvercle à l’endroit et à plat sur une surface stable et de donner un coup sec avec le couteau au centre du couvercle.

percer couvercle bougie

2/ Passez votre bande de tissu dans la fente du couvercle. Laissez dépasser à peu près 1/3 de la bande au dessus du couvercle, les 2/3 en dessous. Tortillez la bande qui dépasse au dessus afin d’obtenir une mèche qui se tient bien.

mèche bougie éternelle

3/ Remplissez aux trois quart votre pot en verre avec l’huile.

bougie huile

4/ Vissez le couvercle sur le pot. La bande de tissu sous le couvercle va donc s’imbiber d’huile. Retourner votre pot et secouez-le de façon à ce que la mèche du dessus s’imbibe d’huile par capillarité.

bougie éternelle

 5/ Allumez votre bougie à l’aide d’une allumette ou d’un briquet et profitez tant que vous souhaitez de votre bougie éternelle !

Il suffit de remettre de l’huile et de remplacer la bande de tissu lorsqu’elle est usée.

Et n’ayez crainte grâce au couvercle il n’y a aucune odeur d’huile 🙂

Si ce DIY vous a intéressé, n’hésitez pas à laisser un commentaire 🙂 cela fait vivre le blog et permet d’échanger !

 

Cet article Fabriquer une bougie écologique éternelle est apparu en premier sur Le Germoir.

]]>
https://le-germoir.com/fabriquer-bougie-ecologique-eternelle/feed/ 38 272
Préserver sa vue… avec le yoga des yeux https://le-germoir.com/preserver-vue-yoga-yeux/ https://le-germoir.com/preserver-vue-yoga-yeux/#comments Mon, 16 May 2016 08:18:01 +0000 http://le-germoir.com/?p=264 Oui oui vous avez bien lu, vos yeux ne vous jouent pas un tour 😉 j’avoue avoir moi-même écarquillé grand les yeux en tombant sur un article dans le petit magazine que m’envoie ma mutuelle de temps à autre : quoi, le yoga des yeux… ça existe ça ?! Piquée par l’intérêt et la curiosité je me […]

Cet article Préserver sa vue… avec le yoga des yeux est apparu en premier sur Le Germoir.

]]>
Oui oui vous avez bien lu, vos yeux ne vous jouent pas un tour 😉 j’avoue avoir moi-même écarquillé grand les yeux en tombant sur un article dans le petit magazine que m’envoie ma mutuelle de temps à autre : quoi, le yoga des yeux… ça existe ça ?! Piquée par l’intérêt et la curiosité je me suis donc documentée sur le sujet et depuis je profite des bienfaits de ce yoga 🙂

Pourquoi est-il important de lutter contre la fatigue oculaire ?

Chaque jour nous sollicitons nos yeux et nous les malmenons en passant des heures à fixer nos écrans que ce soit d’ordinateur, de télévision, de smartphone ou de tablette. Non seulement les lumières bleues de ces écrans et la rapidité des images sont particulièrement nocives pour notre vue mais en plus ces activités numériques entraînent une immobilité et une crispation des yeux car nous avons naturellement tendance à fixer les écrans. Cela limite également notre champ de vision.

Or, nos yeux ne sont pas conçus pour cela, ils ont besoin de bouger et les muscles qui les entourent de fonctionner, sans quoi passer d’un plan à un autre devient plus compliqué et la « mise au point » se fait mal. C’est d’ailleurs de ce fait que la presbytie (difficulté à voir de près) apparaît chez la plupart des cinquantenaires. Seulement à l’ère du tout numérique ces troubles de la vision commencent de plus en plus jeune et d’autres deviennent de plus en plus commun (sécheresse oculaire, vison floue, maux de tête, picotements, etc.).

Que faire pour préserver sa vue ?

Rassurez-vous il existe des solutions pour lutter contre tout cela et préserver votre vue le plus longtemps possible. Bien sûr l’idéal serait de grandement limiter les écrans, mais si comme la plupart des gens l’ordinateur est votre outil de travail, et si comme moi vous y passez 7h par jour pour le travail et qu’en prime vous regardez régulièrement la télévision ou votre ordi perso le soir, et bien ça n’est tout bonnement pas très réaliste de vous demander cela.

Les lunettes sont bien évidemment indispensables en cas de trouble avéré mais ne croyez pas qu’elles sont la solution à tout : elles corrigent artificiellement la vue mais ne l’empêchent pas forcément de continuer à se dégrader. Alors heureusement pour nous, d’une part une bonne alimentation (équilibrée et riche en vitamines et oligo-éléments) contribue à la bonne santé des yeux ; d’autre part il existe une stratégie naturelle pour améliorer la vision : le yoga des yeux 😉

Si nous ne sollicitons pas suffisamment nos muscles ils deviennent paresseux, c’est le cas pour tous les muscles et donc cela est également valable pour ceux des yeux. Comme pour tout organe, l’œil possède le pouvoir de rétablir ses fonctions, et pour cela il faut lui faire alterner des phases de détente et des phases d’exercices adaptés.

Le yoga des yeux aide à récupérer de la fatigue visuelle et améliore l’acuité. Il peut se pratiquer chaque jour car quelques minutes seulement suffisent et vous pouvez sans difficulté l’inculquer à vos enfants (ainsi ils auront ce réflexe santé dès leur plus jeune âge !).

Comment pratiquer le yoga des yeux ?

Voici une série de cinq petits exercices pour pratiquer le yoga des yeux.

yoga des yeux illusion optique
Rassurez-vous je ne vais pas vous hypnotiser 😉

Pour vous détendre entre chaque exercice ou en cas de fatigue, couvrez vos yeux avec vos mains afin de ne pas laisser passer la lumière et respirez calmement et profondément pendant quelques minutes. Ne négligez pas la respiration car l’oxygène jour un rôle très important dans l’irrigation de l’œil.

Exercice n°1 : Battez des cils très rapidement.

Bienfaits : permet d’humidifier les yeux, souvent asséchés par les écrans et la fatigue / évite la fixation du regard.

Exercice n°2 :  Sans bouger la tête, dirigez lentement votre regard en haut, puis en bas, à gauche, puis à droite.

Bienfait : permet d’accroître votre mobilité oculaire.

Exercice n° 3 : Portez votre regard sur différents plans : un objet près, un objet lointain. Allez et venez du regard entre ces deux objets.

Bienfait : permet également d’accroître votre mobilité oculaire.

Exercice n° 4 : Tenez devant vous un crayon (ou votre index) et fixer le en l’approchant le plus possible de votre nez et en l’éloignant lentement à bout de bras plusieurs fois.

Bienfait : permet de soulager les yeux fatigués.

Exercice n° 5 : Choisissez 10 lettres de l’alphabet et « écrivez » les avec vos yeux.

Bienfait : permet d’améliorer votre vision de loin.

Pour en savoir plus, je vous invite à consulter le site de l’association « L’art de voir » qui regroupe des professionnels de santé formés aux techniques de vision naturelle.

Utilisez vos yeux de manière consciente en pratiquant ces petits exercices régulièrement vous permettra de préserver naturellement votre vue et de réduire votre fatigue. Alors essayez le yoga des yeux et peut-être verrez-vous le monde d’un autre œil 😉

Et vous, que faites-vous pour prendre soin de vos yeux ?

 

Cet article Préserver sa vue… avec le yoga des yeux est apparu en premier sur Le Germoir.

]]>
https://le-germoir.com/preserver-vue-yoga-yeux/feed/ 8 264
Fabriquer son nettoyant à vitres en 5 minutes https://le-germoir.com/nettoyant-lave-vitres/ https://le-germoir.com/nettoyant-lave-vitres/#comments Sat, 07 May 2016 19:05:57 +0000 http://le-germoir.com/?p=248 Je ne sais pas chez vous mais chez moi en ce moment c’est branle-bas de combat pour le grand ménage de printemps : on trie et on range les affaires d’hiver, on dépoussière, on aère en grand, on dégivre le congélateur, on nettoie les radiateurs, on lave les rideaux, et bien sûr on fait les […]

Cet article Fabriquer son nettoyant à vitres en 5 minutes est apparu en premier sur Le Germoir.

]]>
Je ne sais pas chez vous mais chez moi en ce moment c’est branle-bas de combat pour le grand ménage de printemps : on trie et on range les affaires d’hiver, on dépoussière, on aère en grand, on dégivre le congélateur, on nettoie les radiateurs, on lave les rideaux, et bien sûr on fait les vitres !!

J’avoue ne pas être une grande maniaque ni une super fée du logis, la plupart du temps je fais le minimum syndical pour que ce soit suffisamment propre, mais au retour des beaux jours j’aime bien passer à l’action et nettoyer à fond… à commencer par les vitres que je fais seulement une ou deux fois par an bouh la honte, oui je sais…

Il me faut donc un super nettoyant efficace pour laver et faire briller ces pauvres vitres crasseuses laissées à l’abandon tout l’hiver.

Mais, comme vous devez vous en douter si vous commencez à me connaître, hors de question d’employer un produit chimique chez moi !

Je ne comprends pas l’intérêt de payer pour un truc qui va m’intoxiquer et pourrir la planète alors qu’on peut facilement utiliser un produit naturel et sans danger, tout aussi efficace et en plus moins cher.

Vous aussi ? ça tombe bien alors car je vais vous dévoiler ma recette de nettoyant pour les vitres  🙂 écologique, économique, sain, super facile et rapide à faire !

nettoyant à vitres fait maison

 

Pour fabriquer 1 litre de votre super pschiiit magique pour les vitres, il vous faut :

  • un flacon pulvérisateur vide (le mien est un flacon de récupération, je l’ai préalablement nettoyé à l’eau tiède et savonneuse)
  • 50 cl de vinaigre blanc
  • 50 cl d’eau (non calcaire, si votre eau du robinet est très calcaire utilisez plutôt de l’eau déminéralisée)
  • 1/2 c. à café de liquide vaisselle
  • 30 gouttes d’huile essentielle de lavande fine (attention si vous êtes enceinte, n’ajoutez pas d’huile essentielle remplacez la par le jus d’un citron)

Versez tous les ingrédients dans votre flacon pulvérisateur, refermez-le bien et secouez pour homogénéiser le mélange.

Voilà c’est prêt ! Mettez votre disque préféré dans le lecteur, armez-vous d’un chiffon micro-fibre et d’un peu d’huile de coude pour faire briller vos vitres en musique 🙂

Et en prime je vous offre une jolie étiquette-recette à coller sur votre flacon :

étiquette nettoyant vitre maison

Bon ménage de printemps !

 

Cet article Fabriquer son nettoyant à vitres en 5 minutes est apparu en premier sur Le Germoir.

]]>
https://le-germoir.com/nettoyant-lave-vitres/feed/ 9 248
Rouleaux de printemps vegan https://le-germoir.com/rouleaux-de-printemps-vegan/ https://le-germoir.com/rouleaux-de-printemps-vegan/#comments Sun, 01 May 2016 14:09:21 +0000 http://le-germoir.com/?p=232 I’m back ! Je n’ai pas été beaucoup présente sur le blog ces derniers temps… avril a été un mois assez chargé avec d’abord des vacances et puis un nouveau job 🙂 et donc une semaine de déplacement pour être formée… Bon j’ai eu la chance que tout ça se passe en bonne compagnie et dans […]

Cet article Rouleaux de printemps vegan est apparu en premier sur Le Germoir.

]]>
I’m back ! Je n’ai pas été beaucoup présente sur le blog ces derniers temps… avril a été un mois assez chargé avec d’abord des vacances et puis un nouveau job 🙂 et donc une semaine de déplacement pour être formée…

Bon j’ai eu la chance que tout ça se passe en bonne compagnie et dans un cadre plutôt sympa, je vous laisse juger par vous-même :

cannes

 

Ceci étant dit, pour mon retour et celui des beaux jours, des arbres en fleurs, du chant des petits oiseaux, de la saison des amours, tout ça tout ça… (si c’est pas miiignon !) et parce qu’en mai je fais ce qu’il me plaît 😉 j’ai eu envie de vous proposer une recette simple et rafraichissante… des supers rouleaux de printemps à ma façon 😀

 

rouleaux de printemps vegan

 

Pour une dizaine de rouleaux il vous faut :

  • 10 grandes feuilles de riz
  • 100 g de vermicelles de riz
  • 1 bloc de tofu fumé
  • ½ chou chinois
  • 1 petit concombre
  • 2 carottes
  • 1 poignée de cacahuètes (ou noix de cajou selon votre préférence)
  • 1 bouquet de menthe fraîche

sauce chili garlic

Pour la sauce il vous faut :

  • 1 c. à soupe de beurre de cacahuètes
  • 2 c. à soupe d’eau
  • 1 c. à soupe de sauce soja
  • 1 c. à café de vinaigre de riz
  • 1 c. à soupe de sirop d’érable
  • 1 c. à café de sauce piment-ail (on en trouve dans les épiceries asiatiques)

1/ Commencez par préparer la garniture de vos rouleaux :

Faites bouillir de l’eau dans une casserole. Une fois à ébullition, plongez les vermicelles de riz dans l’eau et coupez le feu. Couvrez avec un couvercle et laisser les vermicelles se réhydrater pendant 4 minutes. Égouttez-les et laissez les refroidir.

Pendant ce temps, lavez puis émincez le chou chinois en fines lamelles. Épluchez puis râpez les carottes et le concombre. Détaillez votre bloc de tofu fumé en fines tranches rectangulaires (environ 3cm de large x 10 cm de long). Lavez les feuilles de menthe et, si vous ne les avez pas achetées déjà toutes prêtes, décortiquez vos cacahuètes.

2/ Réhydrater les feuilles de riz :

Mettez de l’eau tiède dans une grande assiette creuse (minimum de la taille de vos feuilles de riz), et tremper une feuille de riz jusqu’à ce qu’elle se ramollisse. Une fois molle (attention, allez-y délicatement car ça peut coller et casser !) poser votre feuille sur un torchon propre.

Votre feuille est prête à être garnie. Pendant que vous la garnissez, mettez une nouvelle feuille à tremper dans l’eau et ainsi de suite.

3/ Réaliser les rouleaux :

En bas au centre de votre disque de riz disposez un peu de votre garniture par couches (vermicelles, crudités, tofu fumé, cacahuètes, feuilles de menthe). Veillez à ne pas en mettre trop afin de pouvoir refermer le rouleau correctement. Puis pliez la feuille de riz de façon à former un rouleau.

Le secret pour que ça se tienne bien est de bien serrer la garniture en la roulant (ne pas laisser d’air, tassez bien tout ça quoi 😉 ). Si vous ne serrez pas suffisamment le risque c’est que vos rouleaux s’affaissent et dans ce cas toute votre garniture va se faire la malle dans la sauce ^^ et oui c’est du vécu 😉

Pour vous aider sur la technique du pliage, voici une petite vidéo très claire et précise issue de la chaîne you tube de Hien Sau :

 

4/ Réaliser la sauce :

Dans un bol mélangez tous les ingrédients (beurre de cacahuètes, eau, sauce soja, vinaigre de riz, sirop d’érable, piment, ail).

Trempez vos rouleaux dans la sauce et régalez-vous !

Si vous avez des restes de garniture non utilisés (vermicelles, carottes, tofu, etc), gardez-les pour faire une salade façon bo bun. Il suffit de tout mélanger dans un saladier et d’ajouter la sauce que je vous propose. Puisque c’est délicieux dans les rouleaux, ça l’est aussi sans 😉

Cette recette est encore meilleure après une nuit passée au réfrigérateur.

Bon Appétit !

 

 

Cet article Rouleaux de printemps vegan est apparu en premier sur Le Germoir.

]]>
https://le-germoir.com/rouleaux-de-printemps-vegan/feed/ 5 232